Conciergerie d’entreprise: nouvel outil des RH

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les études et les articles se multiplient depuis un an sur la santé et le bien-être au travail. Sans doute la conséquence d’une montée en puissance du stress, de ses conséquences pour la santé des salariés (fatigue, maux de dos..) , pour l’entreprise (absentéisme , turn-over , arrêt maladie ..) . Les causes sont multiples, évolution de la démographie (papy-boom), pression concurrentielle, temps de trajet domicile-travail (cf http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/02/08/le-stress-des-transports-en-commun-en-region-parisienne-sape-le-moral-des-salaries_1302436_3224.html) impliquant une plus grande pression sur les actifs , sur leur morale.

Selon l’INRS, les cas de stress dans l’entreprise sont parfois niés ou attribués uniquement à la fragilité ou à l’inadaptation au poste de certains.
Face à des symptômes de stress, il est parfois difficile de démêler la part des facteurs personnels et professionnels en jeu.
Mais, sans nier l’existence de facteurs personnels, il est primordial de rechercher le lien possible avec le contexte professionnel (surcharge de travail, objectifs insuffisamment définis, relations difficiles avec la hiérarchie, manque d’autonomie…).

La conséquence n’est pas seulement pour le salarié , pour l’entreprise mais aussi pour la société toute entière , notamment si nous constatons ce que le stress coûte à la société française .

Dans un article paru le 7 avril sur le site du journal « Les Echos » intitulé « Les partenaires sociaux s’attaquent au stress au travail », le coût du stress professionnel est abordé. « Le Bureau international du travail évalue jusqu’à 3 % à 4 % du PIB des pays industrialisés le coût économique du stress (en arrêts maladie, médicaments, perte de productivité…), soit pour la France « quelque 60 milliards d’euros », selon Xavier Bertrand».

Contact Haute Savoie: gilles.olea@servicepersonnel.fr ou 06.07.02.49.47

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »